INTRODUCTION

Le sujet des perturbateurs endocriniens est large et se complexifie de jour en jour. L’humanité est exposée à de multiples toxiques aux effets successifs et additifs.  Cette pollution est parfois visible, comme le smog de Pékin ou de Londres, les catastrophes de Bhopal ou de Seveso, ou bien invisible comme les pesticides,  insecticides, phtalates ou solvants.

Comme l’ont montré les Professeurs Rémi Slama et Robert Barouki, les effets de cette pollution sur la santé sont graves sur le plan de la santé et économiquement coûteux : infertilité, troubles cognitifs, cancers, diabète, obésité. Pour les seuls pays de l’Union Européenne, ce coût annuel est estimé à environ 200 milliards d’euros.
Après Théodora Colborn, le terme de perturbateurs endocriniens s’est imposé parce qu’un certain nombre de ces toxiques ont une signalisation identique aux hormones classiques : récepteurs hormonaux, enzymes… Plus récemment, il a été constaté, que les effets de ces toxiques pouvaient, via des mécanismes épigénétiques, être transgénérationnels.

La notion d’exposome au sens de la totalité de l’exposition d’un individu a été introduite en 2005, essentiellement en cancérologie. Il a été montré que les effets biologiques nocifs de ces toxiques peuvent d’une part s’exercer à faible dose, sans respecter les courbes dose/réponse classiques, et d’autre part qu’ils peuvent s’additionner (effet cocktail) et avoir des effets retardés comme l’a théorisé David Barker avec le concept de DOHAD (Developmental Origin of Health and Diseases). Aujourd’hui, la liste des produits toxiques augmente tous les jours et le mécanisme de la toxicité dépasse les voies de signalisation des hormones. Ainsi, et ce n’est qu’un exemple, la toxicité du plomb est responsable de centaines de milliers de décès annuels aux USA.

Il semble donc nécessaire de requalifier cette toxicité comme « pollution environnementale » plutôt que perturbation endocrinienne, terminologie de fait réductrice.
Pour lutter contre cette pollution aux exposomes qui s’étend en raison du très grand nombre de produits chimiques nouveaux apparaissant sur le marché, il est indispensable :

1- de faire le point sur les résultats des études épidémiologiques et les zones à risques
2- de préciser les méthodes d’analyse, et leurs progrès récents : tests en série…
3- de préciser et de compléter les listes de produits suspects

Cette connaissance est en effet un préalable à la lutte efficace contre ces toxiques.

LA CONFÉRENCE

Nous vous invitons à vous rendre sur la page dédiée à la conférence sur l’exposome.

L'APPEL A BOURSE DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE

conscient du nombre de chercheurs investis dans cette thématique mais également du nombre de points restant
à éclaircir, la FAM a décidé de monter un appel à bourses de recherches scientifiques. Pour ce faire, elle va
constituer un comité d’experts dans lequel seront nommés les principaux experts indépendants, reconnus par
l’Académie nationale de médecine qui rédigeront ensemble l’appel à bourses de recherche. Une charte listera les
critères de sélection et les attentes quant aux protocoles mis en place.
Ce comité se constituera en jury et sera rejoint par des représentants des consommateurs et des patients, des
journalistes et des acteurs publics et institutionnels. Il se réunira afin de sélectionner un ou deux porteurs de
projets : scientifiques, chercheurs, individu ou groupe, afin de mener des recherches qui seront encadrées et
suivi par les experts du comité.
L’appel à bourses de recherche sera présenté lors de la conférence et les lauréats lors de la restitution prévue à
l’Assemblée nationale avec les actes de la conférence inter-académique dirigée par le Pr Bouchard.