PROJET PRELIMINAIRE EXPERIMENTAL SUR LE DIABETE

Projet

Suite à la présentation du protocole M Diabète lors du FAMX Paris (voir ci-dessous) par la Pr Maïmouna Ndour Mbaye, la FAM souhaiterait l’appliquer à l’aide de l’IPC (sécurité sociale) en France. Il s’agirait d’une étude pilote sur une population musulmane pour vérifier si l’application développée en Afrique pourrait fonctionner en France.

Pour rappel, M Diabète, grâce à une application sur téléphone portable, apporte des conseils diététiques à des patients diabétiques de type2 et des prédiabétiques précaires (y compris pendant le ramadan) .

Pourquoi réaliser ce projet?

Le diabète de type 2 est en continuelle expansion avec une prévalence plus élevée dans les populations précaires où il est mal pris en charge. Une compliance insuffisante (50%) caractérise le suivi des patients de type 2 et des prédiabétiques, expliquant le mauvais équilibre glycémique source de multiples complications et d’une incidence croissante de la maladie.

L’éducation thérapeutique dont l’efficacité est démontrée ne bénéficie pas de crédits suffisants et s’avère très difficile à mettre en œuvre dans les populations précaires ou immigrées. D’où le projet de mettre en œuvre une méthode simple de suivi par smartphone qui a fait ses preuves au Sénégal.

 

Objectifs de l’étude

Organiser via des contacts périodiques par smartphone le suivi de patients précaires diabétiques ou prédiabétiques pour améliorer la compliance thérapeutique et prévenir l’apparition d’un diabète chez les sujets hyperglycémiques non encore diabétiques. Il s’agit donc d’améliorer la situation actuellement défavorable des diabétiques et prédiabétiques précaires par une méthode simple et peu coûteuse.

 

Méthodologie de l’étude

Population

Sujets précaires ou immigrés:

-Diabétiques de type 2

-Prédiabétiques repérés sur des critères cliniques et biologiques (hyperglycémie à jeun)

Matériels et méthodes

1-Recenser les patients possédant un smartphone qui feront partie de l’étude

2-Les convoquer en consultation pour :

->Obtenir leur engagement

->Leur expliquer le principe de l’étude

->S’informer de l’existence d’un médecin traitant

->Faire un bilan de leur état clinique, biologique, complications, situation socio-professionnelle, familiale, psychologique, grossesse, traitement en cours (avec l’accord du médecin traitant)

Le nombre de sujets à suivre sera déterminé par l’importance d’avoir des groupes homogènes pour permettre des comparaisons statistiques

3-Créer une plateforme d’accueil téléphonique pour recevoir les appels, les SMS et contacter périodiquement les sujets inclus dans l’étude pour renouveler les conseils diététiques et thérapeutiques (par contacts SMS ou téléphone pour les analphabètes).

Il conviendra de prévoir un médecin coordinateur et un personnel paramédical formé.

4-Évaluation de l’efficacité de la méthode

Elle sera réalisée après un temps d’étude à définir (mois-années), taux de réception des SMS, taux de lecture des SMS.

 

Les autres critères seront à discuter :

->Evolution pondérale, PA

->Prévalence des hyperglycémies

->Glycémie, HbA1c

->Evolution des complications, rétinopathies, cardio-vasculaires, état des pieds, néphropathies

->Qualité de vie, degré de satisfaction

 

Difficultés

-Prévoir un nombre important de sorties d’étude

-Avoir des groupes homogènes

-Relations avec le médecin traitant

-Constitution et fonctionnement de la plateforme

-Financement

 

Participants

Fondation de l’Académie de Médecine, IRD, Service de diabétologie de l’Hôpital Avicenne, Association française des diabétiques.

Experts coordinateurs de l'étude

Pr Maïmouna Ndour Mbaye, qui a développé l’application au Sénégal

Pr Claude JAFFIOL

Docteur Yves Juillet